sucettes coupe-faim : se gaver en faisant de la pub minceur

Des fausses promesses


C’est la dernière lubie de Kim Kardashian, Madonna, Britney Spears et Paris Hilton… Pour mincir, ces se mettent à manger des sucettes comme coupe-faim. Face à l’explosion des troubles du comportement chez les jeunes filles, le message véhiculé inquiète.

Kim Kardashian prend une pause lascive pour faire la publicité de sucettes soi-disant coupe-faim. Une nouvelle tendance qui fait scandale. Photo : capture d’écran Instagram

« Le régime Lollipop » : c’est le nouveau et sulfureux phénomène de mode lancé par les stars à en croire les médias américains. Kim Kardashian, Madonna, Britney Spears, Paris Hilton ne jurent plus que par ça, paraît-il. Pour mincir, elles n’ont rien trouvé de mieux que de manger… des sucettes !

Des ingrédients soi-disant « miraculeux »

Évidemment, il ne s’agit pas de bonbons ordinaires. Leurs douceurs sucrées à elles ne comptent pas plus de dix calories et auraient, sur elles, un effet coupe-faim. Comment ? Grâce à trois ingrédients soi-disant « miraculeux » : la hoodia, le garcinia et la guarana. Il s’agit de trois plantes. La première est originaire d’Afrique du Sud utilisée par les tribus indigènes pour survivre dans le désert. Elle est connue pour avoir un effet coupe-faim. Le garcinia provient d’Asie. Il réduirait l’appétit et les envies de sucre. Enfin, la guarana, un dérivé de la caféine, aurait des vertus amincissantes et antioxydantes.

Les fabricants proposent des sucettes aromatisées à différents parfums. Photo : DR

Pour les rendre plus attrayantes, les fabricants proposent ces sucettes coupe-faim aromatisées à différents parfums (cappuccino, fraise, pomme…), un peu comme les sucettes de la célèbre marque Chupa Chups. Bien qu’aucune étude scientifique sérieuse ne puisse valider leur efficacité, ces sucettes sont vendues dans les magasins de diététique américains et britanniques. Elles s’écoulent par lots de 30 pour environ 25 €.

Un juteux business

La star de téléréalité américaine Kim Kardashian vient d’en faire la publicité. Sur son compte Instagram, qui ne compte pas moins de 111 millions de followers, elle a publié une photo d’elle en gros plan, en train de déguster une sucette, incitant à en acheter très vite afin que les premiers puissent, en prime, bénéficier d’une réduction de 15 %.

La bimbo prétend que son « régime sucettes » lui permet de tout en profitant d’un plaisir sucré trois fois par jour avant chaque repas. Ce qu’elle ne dit pas c’est qu’il lui permet aussi de se remplir allègrement les poches : selon le journal américain, TheHuffington Post, elle toucherait 500 000 € pour chaque placement de produits réalisé sur les réseaux sociaux…

Sur Instagram, voici la photo qu’a postée Kim Kardashian pour faire la promotion des fameuses sucettes coupe-faim. .Photo : capture d’écran Instagram

« Un message catastrophique »

« Je suis atterrée! », s’offusque Corinne Chicheportiche-Ayache, diététicienne nutritionniste, que nous avons fait réagir à cette nouvelle tendance. « D’abord parce que la composition nutritionnelle de ces produits est tout sauf riche en qualité nutritionnelle équilibrée dont les jeunes filles peuvent avoir besoin. Mais surtout parce que cela envoie un message catastrophique en particulier aux gamines auprès desquelles ces stars ont une très grande influence. »

Elle s’explique: « Là, on leur signifie que l’alimentation n’a aucune importance, que ce n’est qu’une histoire de calories. En clair: ça ne sert à rien de manger, que de toute façon, seul le plaisir compte. Le fabricant est tout aussi fautif de dérouter des produits initiaux comme les sucettes, perçues comme des aliments trop sucrés, transformés en aliments auxquels on peut accéder de manière quasi-exclusive à partir du moment où l’on en change la composition. »

La spécialiste s’inquiète de l’interprétation que peuvent faire les jeunes consommateurs d’une telle tendance initiée par des gens aussi influents : « Elles donnent l’illusion que trois sucettes vont tout changer alors que ce n’est évidemment pas vrai. Il ne faut pas être dupe: ce que ne disent pas ces stars qui prétendent qu’elles perdent aussi aisément du poids, c’est qu’elles font dix heures de sport par semaine avec un coach personnel, qu’elles ont un cuisinier chacune et que leur équilibre alimentaire est, généralement, absolument parfait. »

Selon elle, « le risque est majeur dans un monde d’hypercommunication, car ce genre de mode devient vite viral. En particulier chez les plus jeunes qui, à la puberté notamment, se construisent forcément en regardant les autres et en s’inspirant de modèles que représentent ces stars. Or, il faut savoir que les troubles du comportement alimentaire, comme l’anorexie et les épisodes de boulimie, sont en augmentation. Nous sommes de plus en plus confrontés à des jeunes filles qui sont complètement perturbées face à l’alimentation: elles ne savent plus manger. Et là, ces stars ajoutent à leur confusion. »

La futilité du ventre plat

La comédienne britannique Jameela Jamil a volé dans les plumes de la bimbo Kardashian lui reprochant d’avoir une influence toxique pour les jeunes filles. Photo : capture d’écran Twitter

L’actrice et présentatrice britannique Jameela Jamil s’est également indignée de cette tendance sur Twitter. Elle a littéralement étrillé Kim Kardashian. « Non. Va te faire voir. Tu as une terrible et néfaste influence sur les jeunes filles», lui a-t-elle écrit. Puis elle a rappelé à ses propres fans, la futilité d’avoir un ventre plat. « Peut-être que tu ferais mieux de ne pas prendre des produits coupe-faim et de manger assez pour nourrir ton cerveau… »

Edition du soir Ouest France – 17/05/2018

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.