Prévention : commencer par les parents ?

Une étude britannique, dirigée par le Professeur Terry Wilkin de l’Université de Plymouth, tend à démontrer que l’obésité touche fortement les par mimétisme si le parent du même sexe (une mère pour sa fille, un père pour son fils) est .

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 41% des filles de 8 ans dont la mère est obèse le sont contre une proportion de 4% si la mère n’a pas de problème de poids. Pour les garçons,  18% du groupe dont les pères sont obèses le sont également contre 3% dans le cas contraire.

Ce qui fait dire au Professeur que : « c’est exactement l’inverse de ce que nous avions pensé et cela a une implication fondamentale pour notre politique. Nous devons cibler les parents et ce n’est pas vraiment quelque chose que nous avons fait jusqu’ici.

Notre précédent article, rédigé par le Dr Sophie Treppoz, Pédiatre, proposait de détecter précocement les signes d’obésité chez l’enfant afin d’enrayer le processus au plus tôt.

Avec cette nouvelle étude, nous nous rendons compte à quel point la problématique multifactorielle de l’obésité rend sa prise en charge complexe. La l’est en conséquence tout autant et doit donc être mise en place de façon concertée.


Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.