Obésité et Fertilité … Idées reçues et réalités

Que ce soit sur les forums en ligne, dans les salles d’attentes de médecins généralistes, d’obstétriciens ou de nutritionnistes, une question demeure encore trop souvent récurrente : existe-t-il un lien entre maternité, fertilité et obésité ?

A priori, la réponse est négative : nombres de ayant eu plusieurs enfants sont obèses, et de nombreuses femmes obèses tombent enceintes. Il n’y a donc aucune relation systématique entre les deux phénomènes. Néanmoins, le et l’obésité – en fonction de leurs degrés de gravité – sont des facteurs pouvant accroître de façon significative le risque de stérilité. De plus, parmi les femmes obèses, la prévalence du syndrome des ovaires polykystiques s’accroît en même temps que l’augmentation de la masse corporelle.

Par ailleurs, plusieurs éléments relient l’obésité aux dysfonctionnements ovariens et du système reproductif en général :
– l’importance des tissus adipeux
– des perturbations de l’hypothalamus et l’hypophyse
– l’influence sur le métabolisme des androgènes et des œstrogènes.

Il est cependant important de noter que le facteur décisif dans la survenue de troubles du cycle menstruel et/ou hormonaux tient plus à la répartition du tissu adipeux  qu’au poids lui-même.

Le surpoids provoque un accroissement des troubles du cycle,  de l’infertilité, mais peut aussi conduire à des fausses couches ou à des complications amenant une mort fœtale plus fréquente. En effet, nombre de pathologies s’associent à l’obésité pendant la grossesse : diabète gestationnel, pré-éclampsie, phlébite, travail plus compliqué,  césariennes plus fréquentes et risquées, malformations congénitales, mortalité néonatale accrue. Un IMC supérieur à 30 provoque un risque de mort foetale multiplié par deux ; et une étude française montre que la plupart des complications materno-foetales sont multipliées par 2 à 5 en cas d’obésité !

Bien que les connexions entre les fonctions reproductrices et soient extrêmement variées, il n’existe pas à ce jour de lien patient entre obésité et infertilité. Le surpoids ne peut être systématiquement mis en cause dans l’infertilité. Pourtant, l’obésité chez une patiente infertile soulève de nombreux problèmes  et influencera conséquemment les diagnostics et soins mis en place.

Outre les données  telle que l’IMC ou le RTH*, les équipes médicales s’intéressent également aux troubles du comportement alimentaire et aux anomalies métaboliques (diabète, dyslipidémie, hyperinsulinisme,…), sans oublier d’autres complications liées au surpoids et à l’obésité telles que l’hypertension artérielle, l’apnée du sommeil, etc.

Prise en charge diététique

90 % des femmes obèses voient leur santé et conditions de grossesse s’améliorer conséquemment avec un suivi diététique et une reprise de l’exercice physique. Il en va de même pour celles chez lesquelles l’infertilité n’était pas liée à un trouble de l’ovulation. Il est donc préférable de favoriser une bonne prise en charge hygiéno-diététique préconceptionnelle dans les cas d’obésité. Ainsi, les chances d’avoir un bébé en bonne santé et une grossesse sans complication augmente de façon significative chez les femmes ayant suivi un programme diététique, sanitaire et physique.

 


* Rapport Taille/Hanche qui permet de connaître la répartition des tissus adipeux. Il s’agit donc d’une mesure de l’adiposité du tronc pour déterminer si l’adiposité a une répartition Androïde (en forme de pomme) ou Gynoide (en forme de poire). De là en découle des facteurs de risques sanitaires. La formule de calcul est :  RTH = tour de Taille / tour de Hanches.

Share

3 pensées sur “Obésité et Fertilité … Idées reçues et réalités

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Article très intéressant. Cependant, le choix de la photo me choque : pourquoi avoir choisi une femme enceinte, mais certainement »poids plume » ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Il n’y avait pas d’intention délibérée de choisir une femme qui ne présente pas a priori de signes d’obésité… l’image a été choisie parce qu’elle renvoyait plus le message d’équilibre nécessaire
    en relation avec le message de l’article.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.