OBÉSITÉ et cetera, les 5 facteurs qui détruisent le foie

OBÉSITÉ et cetera, les 5 facteurs qui détruisent le foie

 

 

International Liver Congress™

Il y a l’obésité et le , résultats d’un régime trop riche en corps gras, qui « bousillent » le foie. Cette étude présentée à l’International Liver Congress™ alerte, il n’y a pas que le surpoids qui déclenche une sévère du foie. Résistance à l’insuline, , hypercholestérolémie et excès d’alcool ont aussi une lourde part de responsabilité. A fortiori en cas de combinaison de plusieurs de ces facteurs : ainsi, le diabète de type 2 est le principal prédicteur de maladie grave du foie chez les buveurs.

Les chercheurs finlandais démontrent qu’en population générale, l’obésité centrale, la résistance à l’insuline, le diabète, les anomalies lipidiques et la consommation élevée d’alcool sont les prédicteurs majeurs de la maladie hépatique sévère. Leur analyse a porté sur les données de 6.732 personnes sans maladie hépatique connue participant à la Finnish Health 2000 Study. L’objectif étant d’identifier les facteurs métaboliques qui prédisent le plus fortement les complications sévères du foie. Les chercheurs ont également mis en regard la quantité d’alcool consommée.

-Chez les participants ne consommant pas d’alcool, c’est l’âge, le cholestérol total, l’indice HOMA (une mesure de la production et de la résistance à l’insuline) et le tour de taille prédisent le développement d’une maladie du foie.

-Chez les participants qui consomment des quantités élevées d’alcool (plus de 210 g par semaine pour les hommes et plus de 140 g / semaine pour les femmes), …c’est le diabète.

 

Une mise en garde contre une consommation trop régulière et trop élevée d’alcool : les auteurs rappellent aux nombreuses personnes qui consomment plus de 60 g d’alcool par jour, soit l’équivalent d’une demi-bouteille de vin ou d’un litre de bière que ces personnes risquent la stéatose ou l’accumulation de graisse dans le foie, puis, pour 10 à 20% de ces « buveurs », la cirrhose.

L’étude permet de mieux identifier, à l’aide de quelques critères seulement, les patients qui risquent de développer une maladie grave du foie : « Il est important que les facteurs de risque identifiés dans notre étude soient pris en compte dans les futurs modèles de risque afin que les médecins puissent identifier et conseiller ces patients à risque », conclut l’auteur principal, le Dr Fredrik Åberg, de l’Université d’Helsinki. « Ces données mettent en particulier l’accent sur le rôle important du diabète et du syndrome métabolique dans le développement de la maladie du foie ».

Source: International Liver Congress™ et Journal of Hepatology via Eurekalert (AAAS) 22-Apr-2017 Predicting severe liver disease: Obesity, insulin, diabetes, cholesterol, alcohol

Source : Actu santé : OBÉSITÉ et cetera, les 5 facteurs qui détruisent le foie

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.