L’OBOBS

obobs logo

Il faut bien prendre conscience que le caractère urgent de la cause, même s’il est souvent rappelé, finit par retomber.

Depuis vingt ans, l’obésité n’est plus aussi gênante dans la vie courante et relativement bien intégrée dans la société.

Pourtant, les personnes touchées présentent un terrain dangereux faisant parfois rapidement basculer les problèmes de santé classiques du côté des pathologies lourdes, avec à la clef une grande souffrance et des décès prématurés qu’il serait possible d’éviter.

Les pouvoirs publics ont soumis en 2005, le projet d’un Observatoire de l’Obésité : nous avons décidé de lui donner vie, car aujourd’hui, il est déjà peut-être trop tard pour agir.

Néanmoins, nous souhaitons proposer une lutte contre l’obésité qui s’instaure de façon positive. C’est pourquoi nous avons opté pour une démarche ouverte, pluridisciplinaire, dans laquelle ne s’implique pas uniquement des médecins, mais également des représentants d’associations, des chercheurs issus des sciences humaines, sociologues, hommes et femmes de communication. Au niveau médical, nous proposerons à des spécialistes venant aussi bien de l’endocrinologie, que de la diabétologie, mais aussi de la gynécologie ou de la dermatologie de prendre part à cette action. Ces regards croisés permettront de mieux identifier les origines, les conséquences et les solutions à cette véritable « épidémie ».

Le fonctionnement de en France pose un problème face à la globale des patients et notamment de toute une population n’ayant ni quelques kilos à perdre ou n’étant pas encore touchée par les conséquences les plus lourdes de la véritable obésité dangereuse. Ces personnes se heurtent à des discours emprunts de « fatalisme médical » ne proposant souvent que des solutions radicales, souvent inadaptées à la des personnes concernées.

Cirque des Légumes

Aujourd’hui, l’Observatoire de l’Obésité propose de faire mieux avec ce qui existe afin de proposer des solutions qui correspondent au raisonnement individuel : il est temps de proposer des outils raisonnables, qui ne soient pas parfaits du point de vue médical ou scientifique mais qui présentent l’intérêt pour les patients de pouvoir être mis en œuvre. Il faut sortir des logiques d’échec (parfois répété) qui reposent sur une division simple, positionnant d’un côté le médecin « savant » qui promulgue les lois et les règles optimales et de l’autre le patient « ignorant » qui ne peut les appliquer, déclenchant tout un mécanisme de culpabilité et de frustration. Une autre approche consiste à réintroduire de la confiance en proposant des objectifs réalisables, adaptés à la réalité et à la personnalité des patients. Il faut ouvrir le champs des possibles et être plus près et à l’écoute des patients. Pour chaque problème, il existe forcément une solution qui convient. Face à un « terrorisme » de l’hygiène et de l’équilibre alimentaire, l’Observatoire de l’Obésité se positionne de façon volontariste et humaine, sensible et pragmatique.

L’Observatoire de l’Obésité veut libérer la parole citoyenne et offrir un discours dans lequel chacun peut se reconnaître. C’est pourquoi cette démarche se développe sur le web afin d’offrir une plus grande interactivité et une plus grande proximité entre les personnes concernées et les personnes intervenant dans notre Comité. Vous êtes donc invités à participer par le biais de vos témoignages et vos questions au recueil des expériences, expertises et informations nécessaires à avancer ensemble vers des solutions.

L’Observatoire de l’Obésité propose ainsi de mettre en place une double démarche :

– participer à la prise de conscience de l’urgence à l’action, en tirant le signal d’alarme en décrivant l’état réel de l’obésité en France et notamment chez les enfants ;

– être force de proposition pour permettre d’orienter les décisions des Politiques, des Institutions, des Industriels, des Associations, des Fondations, etc.

OBOBS

Son Comité travaillera selon deux axes : la PREVENTION & l’EDUCATION.

L’objectif principal de l’Observatoire de l’Obésité est de stopper l’épidémie : il faut trouver les outils qui la feront reculer et le meilleur vecteur reste les enfants.

Au travers du label qu’il instaurera et incarnera, l’Observatoire de l’Obésité prendra l’initiative ou soutiendra un ensemble d’études et d’actions afin d’offrir la palette la plus large d’outils concrets pour lutter contre ce fléau déjà reconnu cause nationale dans plusieurs pays.

Share