L’obésité, enfin priorité de la santé publique !


Mardi 9 mars, l’Assemblée Nationale a voté un amendement au volet « et Santé publique de Roselyne Bachelot faisant de « la prévention de l’obésité et du surpoids une priorité de la politique de santé publique ».

Malgré cette avancée sig,ificative, l’amendement déposé par plusieurs députés concernant la suppression des publicités pour des produits gras ou sucrés 15 minutes avant et après les programmes pour la jeunesse n’a pas été adopté. Roselyne Bachelot, Ministre de , s’y est elle-même opposée expliquant que la charte de bonne conduite contre l’obésité infantile, signée avesc les secteurs audiovisuel et publicitaire suffisait ; étant donné par ailleurs qu’aucune étude menée dans les pays européens où cette mesure est en vigueur ne montre de lien direct entre publicité et obésité.

L’Assemblée Nationale retient malgré tout trois autres amendements essentiels en matière de prévention contre le surpoids et l’obésité.

Le premier expose que « la restauration scolaire est soumise à des règles relatives à , fixées par décret ». Les cantines scolaires et les industriels de la restauration collective devront donc poursuivre leurs efforts pour équilibrer les repas proposés aux plus jeunes.

Le deuxième amendement prévoit que : « les programmes d’activités scolaires ou périscolaires intègrent la nécessité d’une activité physique quotidienne d’au moins trente minutes pour chaque enfant ». Le sport sera donc une obligation quotidienne.


Enfin le dernier amendement voté intègre dans le code de la santé publique « un livre consacré à la lutte contre les troubles du comportement alimentaire et un titre sur la prévention de l’obésité et du surpoids ».

Très attendues, ces mesures, si elles sont respectées et développées au sein des familles, pourraient à n’en pas douter favoriser le lutte contre l’obésité. A suivre.


DOCUMENTATION

« Publicité et obésité »

La pub pour des produits gras, salés et sucrés continue

«La lutte contre l’obésité devient une grande cause nationale»

Une Assemblée divisée sur l’obésité


« Limiter l’offre de malbouffe autour des écoles, est-ce possible? »

Un fast-food près d’une école augmente le taux d’obésité – étude

Le zonage pour lutter contre la malbouffe à l’école

Repas diététique au Lycée Camille Julian

AGIR CONTRE LA SEDENTARITE ET L’OBESITE DES ENFANTS

L’obésité en fin d’adolescence est aussi dangereuse que le tabagisme

Share

Une pensée sur “L’obésité, enfin priorité de la santé publique !

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Il était important que la « cause » soit reconnue par l’État mais le problème du temps reste de mise : entre le moment des allers-retours, des votes et la publication des décrets de mise en application et la mise en œuvre réelle il peut parfois se passer des mois ou des années.

    Introduire le sport de façon régulière à l’école par exemple est une très bonne chose, mais cet élément pourra-t-il être mis en œuvre concrètement dès la rentrée de septembre ? Les instituteurs sont en effet formés pour animer des séances de sport, ils sont donc habilités à organiser leur planning pour l’intégrer dans les activités… pourront-ils anticiper et le faire « immédiatement » ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.