Les articles dans Fractionner les repas c’est bien? – Santé du Monde

 

Fractionner les c’est bien?

 

Manger plus souvent mais en plus petites quantités peut-il avoir du bon? Certaines candidates à la minceur votent pour le fractionnement . Ce qu’on en pense…

 

Attention, on n’a pas parlé de passer à table six fois par jour, ni de s’offrir deux goûters sucrés en plus de nos repas. « L’idée : répartir sa prise alimentaire en plusieurs fois, de façon maîtrisée, et en conservant la même densité énergétique quotidienne », explique le diététicien Damien Galtier.

Plus de repas, mais la même addition calorique

L’idéal est de prendre 5, 6, 7, parfois 8 repas, au fil de la journée (mais ni debout ni devant son ordi!). Par exemple, décomposer le petit déjeuner en deux parties, idem pour le déjeuner et le dîner : l’entrée et le plat d’un côté, le fruit et le laitage de l’autre. L’alimentation sera constituée de petits repas, avec la même addition calorique et la même répartition en termes de protéines, lipides et glucides . Avec des avantages dans de nombreux cas.

Une bonne solution contre le grignotage anarchique

«Le grignotage se caractérise par une prise alimentaire non contrôlée, en dehors des repas, explique Damien Galtier. Il n’est généralement pas lié à un besoin physiologique (sauf lorsque la prise alimentaire au repas précédent n’a pas été suffisante), mais à un stress, à de l’ennui ou encore à une façon de combler un vide. » Il pousse à manger tout et n’importe quoi, de préférence des , sucrés, salés : chips, bonbons et autres biscuits apportant des calories vides , ne participant pas à l’équilibre alimentaire global. Ces apports caloriques excédentaires peuvent entraîner un surpoids avec, à la clé, une obésité, des maladies cardio-vasculaires ou des pathologies liées au surpoids. Si le grignotage est à proscrire, le fractionnement des repas peut être bénéfique. « Le fractionnement est différent du grignotage : il est programmé », explique notre spécialiste.

En répartissant les apports alimentaires tout au long de la journée, mais autour de rendez-vous cadrés, il permet de mieux résister aux envies de manger n’importe quoi, n’importe quand. Une pulsion de biscuits dans la matinée? Si on a fractionné son petit déjeuner de façon à avoir un fruit ou un laitage à prendre vers 11 h, on oubliera facilement son envie de Granola. De la même façon, prendre une collation vers 17 h permettra d’attendre le dîner sans avoir envie d’attaquer les cacahuètes en rentrant à la maison.

Des repas plus petits qui permettent de mieux digérer

« Initialement, ce mode d’alimentation était indiqué pour les chirurgies d’ordre gastrique et digestive, explique notre spécialiste, mais également pour celles à visée amaigrissante (type bypass), afin de retrouver une réalimentation progressive. »

Aujourd’hui, le fractionnement des repas est conseillé à tous ceux qui ont besoin de faciliter leur digestion, tout en ayant tous les apports nécessaires à l’équilibre. « Cela peut être le cas, par exemple, en présence de ballonnements, de difficultés à digérer ou de petit appétit, notamment chez les personnes âgées », précise notre expert. Il est aussi bénéfique pour les femmes enceintes , chez qui l’estomac est de plus en plus compressé au fur et à mesure que le fœtus grandit. Et la liste des atouts du fractionné ne s’arrête pas là : cela serait également intéressant pour ceux et celles qui souffrent de problèmes de glycémie, notamment les diabétiques , en les aidant à garder un meilleur équilibre glycémique. Selon une étude britannique du Medical Research Council’s Human Nutrition Research Unit de Cambridge, le fractionnement alimentaire aurait en outre des effets bénéfiques sur la pression artérielle et serait utile pour réduire le cholestérol .

Une façon toute simple de garder la ligne

Autre bonne raison de manger fractionné : cela pourrait augmenter les dépenses énergétiques, la digestion nécessitant de l’énergie. Idéal donc lorsque l’on souhaite mincir. «Se nourrir de façon segmentée est positif pour tous, même pour les enfants, ajoute Damien Galtier, à condition toutefois que cela soit adapté à son mode de vie et socialement faisable.» Car il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de s’octroyer une pause à une certaine heure dans le cadre de son activité professionnelle.

«Une contre-indication concerne les gros grignoteurs, poursuit notre spécialiste, c’est-à-dire ceux qui grignotent à plusieurs moments de la journée, tous les jours ou presque. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, fractionner les repas ne les aide pas forcément puisque leurs pulsions alimentaires ne sont pas liées à un besoin physiologique. » Dans ce cas, il est essentiel de mettre le doigt sur la cause de ces grignotages trop fréquents : il s’agit d’ennui?

Trouvez une activité qui vous plaise et trompe votre ennui! C’est plutôt lié au stress? Essayez la méditation, le yoga , le coloriage ou toute autre activité pour vous détendre et vous détourner de vos envies de grignotages intempestifs.

Une journée type

Petit déjeuner

1 boisson chaude

(thé, café…)

2 tartines légèrement beurrées

11h

1 pomme ou 1 compote de pommes

1 morceau de fromage (30 g) ou 1 yaourt

Déjeuner

Carottes râpées

à la coriandre

Saumon vapeur + riz complet + brocolis sautés

17h

1 carré de chocolat à 70 %

Quelques amandes et noisettes

Dîner

Velouté de courgettes

Omelette + salade + pain complet

22h

1 poire

1 yaourt ou 1 fromage blanc

Source : Les articles dans Fractionner les repas c’est bien? – Santé du Monde

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.