Le fasting, une méthode de jeûne efficace pour perdre du poids ?

 

(Relaxnews) – Le jeûne par intermittence, made in USA baptisée « fasting », consiste à ne pas manger pendant au moins 16 heures. Dans son ouvrage à paraître en janvier, « Le Fasting », Jean-Baptiste Rives, entrepreneur trentenaire, explique comment il a perdu 20 kg en gardant sa vitalité.
Pour Jean-Baptiste Rives, la méthode a été miraculeuse. Cet entrepreneur de 34 ans explique, dans son livre à paraître en janvier, comment après de multiples régimes, il a réussi à perdre 20 kg – principalement de la graisse autour du ventre – grâce à la méthode du fasting, jeûne intermittent, venue des Etats-Unis.

A la différence d’un régime, la méthode consiste à alterner une phase de jeûne de 16 heures avec une phase d’alimentation normale de 8 heures. Concrètement, on saute le petit-déjeuner et on prend un repas à midi et un repas le soir.

3 à 5 kg par mois

Dans son ouvrage « Le Fasting (Guide pratique de jeûne intermittent) », Jean-Baptiste Rives explique que faire des pauses dans son alimentation permet de « reposer son foie et son système digestif, tout en améliorant son profil hormonal vers un métabolisme brûleur de graisse ». La promesse à la clé est de perdre 3 à 5 kilos par mois.

Ce processus de prise alimentaire aurait pour effet de faire baisser l’insuline, l’hormone en jeu dans le stockage des graisses. Celle-ci, restant basse toute la journée, « l’état de « cassage de graisse » dure plus longtemps ».

D’après l’auteur, la méthode serait sans danger et n’occasionnerait ni fonte musculaire, ni carences. De plus, les crises d’hypoglycémie disparaîtraient et l’énergie et la vitalité atteindraient des niveaux plus élevés, malgré le saut du petit-déjeuner, classé comme le repas roi de la journée pour ses apports glucidiques.

Dans son livre Jean-baptiste Rives aborde également les bienfaits du sport à jeun, qui permettrait de brûler davantage de graisses en se musclant plus. Pour les personnes souhaitant , l’objectif est de planifier le plus d’activités en fin de période de jeûne: « la marche qui va brûler presque uniquement du gras, les exercices de résistance musculaire, et même un peu de course à pied. De l’eau, du café si besoin », conseille l’auteur.

Pas de risque pour la santé

Interrogés sur cette méthode, les nutritionnistes considèrent le « fasting » davantage comme une cure detox à suivre à court terme pour mettre au repos le système digestif et éliminer les toxines, plus qu’une manière efficace de perdre du poids sur le long terme.

Si adopter ce type de jeûne ne présente pas de risque particulier pour – le laps de temps sans manger étant trop court pour voir apparaître des carences – une légère fatigue peut cependant être observée selon les spécialistes. Le risque est cependant de manger trop et mal aux deux repas autorisés.

Pour perdre des calories, selon eux, le mieux serait de sauter le dîner et non le petit-déjeuner car « plus on prend un repas tôt dans la journée plus on a le temps d’éliminer les calories absorber avant de se coucher », explique Raphaël Gruman, nutritionniste.

Des effets bénéfiques sur certaines maladies

De précédentes études ont démontré les vertus du jeûne sur la santé. De courtes périodes de jeûne sont dans certains cas aussi efficaces que la chimiothérapie pour lutter contre certains cancers chez les souris, selon une étude américaine de 2012. Le fait de réduire la quantité de nourriture consommée ralentit la croissance et la propagation du cancer.

Plus récemment, une étude publiée le 12 décembre dans Nature, portant sur la forme la plus commune de leucémie chez les enfants, la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), montre que la restriction alimentaire semble tuer les cellules cancérigènes et arrêter leur développement. L’effet du jeûne sur cette leucémie serait lié à la leptine, l’hormone de la satiété. En cas de LAL, l’activité des récepteurs de la leptine est moins importante. Le jeûne intermittent permettrait de l’accroître à nouveau.

Les chercheurs ont aussi testé les effets du jeûne sur des souris atteintes de leucémie aiguë myéloïde, la forme la plus commune chez les adultes, mais cela n’a en revanche rien donné.

Le « fasting (Guide de jeûne intermittent) », de Jean-Baptiste Rives, Thierry Souccar Editions, 12 euros, à paraître le 12 janvier.

Source : Le fasting, une méthode de jeûne efficace pour perdre du poids ? | La Provence

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.