La chirurgie bariatrique en congrès à Paris

Une rencontre ayant pour thème : Obésité morbide et diabète de type 2, une seule réponse thérapeutique, la se tiendra Jeudi 27 août au Palais des Congrès de Paris. Organisée par la Fédération Internationale pour la Chirurgie de l’Obésité et des Désordres Métaboliques, le Congrès Mondial de l’IFSO fait suite aux récentes études montrant un important recul de la mortalité chez des patients ayant eu recours à cette bariatrique, baros en grec signifiant « le poids ».
 
En ouverture de ce congrès, Roselyne Bachelot, ministre de , rappellera, lors de la session sur l’épidémiologie de l’obésité, l’engagement du ministère de la santé en matière de prévention, de sensibilisation et de prise en charge de l’obésité.

Ce rappel sera des plus nécessaire si l’on estime qu’en Europe moins de 1 % des obésités morbides sont prises en charge médicalement alors que l’Europe compte plus de 130 millions de personnes atteintes et la France près de 6 millions.
 
La chirurgie bariatrique s’adresse essentiellement à des personnes ayant un IMC supérieur à 40 ou entre 35 et 39 aggravé par des ALD (Affections de Longue Durée) telles le Diabète de type 2, les maladies coronariennes ou les syndromes d’apnées du sommeil.

La chirurgie de l’obésité

Si l’on parle de chirurgie dans des cas précis, c’est que les prises en charge non invasives ont montré leurs limites selon les médecins. Le sport, les régimes, la diététique, ne suffisent plus. Il faut donc réduire l’absorption des aliments. Il est donc nécessaire de mettre en place une chirurgie intervenant directement sur les organes de la digestion. Ce processus pourra ensuite être complété par un suivi diététique, sportif et éventuellement psychologique.
 
Rappelons les 4 types d’interventions possibles :

L’anneau gastrique
Le ballon gastrique
Le court-circuit dit « Roux en Y »
Le court circuit bilio-pancréatique avec court-circuit duodénal.

Chacune de ces techniques chirurgicales est à envisager avec les équipes médicales. Le choix se fait en fonction de paramètres liés à l’IMC, aux habitudes alimentaires du patient, aux pathologies liées à l’obésité, aux antécédents chirurgicaux, médicaux, cardio-vasculaires, etc.  

Toutes ces techniques ont pour but de réduire l’absorption des aliments et visent à provoquer un déficit, une mauvaise absorption intestinale en aliments donc en calories. Cette moindre absorption sera dans tous les cas complétée par des compléments alimentaires vitaminiques et en sels minéraux de façon à éviter les carences et à amoindrir les conséquences de ces actes chirurgicaux lourds.

La chirurgie bariatrique, qu’il s’agisse d’un shunte, d’un anneau ou d’un ballon reste cependant, il faut le dire et le redire pour éviter toutes les dérives potentielles, le recours des malades atteints d’obésité sévère voire morbide et après avoir envisagé ou essayé toutes les solutions non chirurgicales.

Ce congrès sera donc l’occasion de faire le point sur les avancées en matière chirurgicale, diététique, médicale, de façon à permettre une meilleure prise en charge des patients. Il permettra surtout, peut-être, de traiter davantage de patients par une meilleure information rassurante, pertinente et plus complète. Ces traitements peu invasifs – puisque menés sous laparotomie (ouverture de l’abdomen par une incision large, laissant le passage direct à d’autres actes chirurgicaux sur les organes abdominaux et pelviens) –  permettront de sauver des vies, puisque, rappelons-le, l’obésité est la seule pathologie qui tend à pouvoir faire baisser l’espérance de vie globale tandis que celle-ci augmente très régulièrement depuis des dizaines d’années.

L’équipe de l’Observatoire de l’Obésité souhaite rappeler que toute intervention chirurgicale nécessite de façon absolue une prise en charge nutritionnelle da façon à améliorer le comportement alimentaire, à éviter les carences mais aussi à palier toute complication post-chirurgicale. De même, une approche comportementale s’avère impérative pour travailler des troubles sur l’image de soi et de l’estime de soi. Cette approche vise également à améliorer -entre autres- les comportements alimentaires, la qualité de vie et ce, à long terme. En effet les tendances à l’indécision, au pessimisme ou au désespoir peuvent avoir une réelle influence sur l’obésité et / ou sur sa guérison. Une approche globale de l’obésité s’avère donc fondamentale dans la suivi post-opératoire.


DOCUMENTATION

Lire le témoignage d’une jeune fille qui a eu recours à l’opération et à l’anneau pour changer de vie partie 1partie 2

Share

Une pensée sur “La chirurgie bariatrique en congrès à Paris

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Les journées de l’IFSO ont été enrichissantes et instructives. Toutes les conférences se faisaient en anglais mais le monde entier de la chirurgie de l’obésité, des maladies associées étaient à
    paris et on a pu confronter nos avancées, nos idées. Des débats passionnants ont permis de voir qu’il était difficile de tout concilier dans une prise en charge globale et pluridsciplinaires mais
    que la réussite de toute intervention passait par cette prise en charge multifactorielle. Dans ce domaine, la France a été un précurseur qui parfois, a pu faire sourire ailleurs, mais qui
    aujourd’hui, voit ses règles se généralisées. Un débat toutefois a été très instructif : la prise en charge des adolescents : de plus en plus, dans le monde, on opère des enfants à partir de 16 ans
    et parfois avant. Le risque qui pour nous, association de patients, nous semble difficile à contourner, est la viabilité d’une opération choisie par un adolescent non mature ou par sa famille et
    les incidences que cela aura sur le restant de sa vie. Plus particulièrement concernant la sleeve ou le bypass. Il nous semble évident qu’il faut envisager cette chirurgie chez les adolescents,
    presque exclusivement avec un anneau ajustable qui pourra à n’importe quel moment être retiré et laisser ainsi l’adolescent s’installer dans sa vie d’adulte avant d’envisager, si nécessaire, un
    intervention plus lourde et plus invasive.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.