Quand la HAS joue les gourous de mauvais augure

octobre 2011, la nouvelle tombe : la HAS : Haute Autorité de Santé relayée par l’AFP, le Monde, donne aux malades, aux obèses, de faux espoirs, de fausses informations. A tout le moins permettent-elles de croire que passer l’aspirateur fera , entre autres préconisation…

La liste est longue de ces prescriptions fallacieuses voire spécieuses que la HAS fait galoper dans la presse. Face à une pandémie dramatique en augmentant constamment, un adulte sur 2 et un enfant sur 5 en excès de poids ou obèse en France, la HAS vous conseille :

  • – Ne pas chercher à maigrir à tout prix
  • – Changer durablement ses habitudes
  • – Varier son alimentation
  • – Eviter absolument l’effet yo-yo
  • – Faire davantage de sport
  • – Moins de TV

Tout cela part d’un vrai bon sentiment… mais les choses se gâtent très vite. Le Dr Grouchka lance des pavés indigents dans une mare ou l’information côtoie la désinformation, dans un cloaque où les idées fausses font la part belle aux rumeurs, dans une fange où les constructions mentales solides rendent difficile la prise en charge réelle d’une maladie tendant à réduire l’espérance de vie.

Passe l’aspirateur et tais-toi !

En dehors des recommandations sportives habituelles, le Dr Grouchka touche du doigt la domesticité ménagère dans le traitement de l’obésité. Hormis le fait qu’il proscrive l’usage médicamenteux (bon point, mais jamais il ne parle des régimes excessivement dangereux présents partout sur le Net que nous dénonçons sans cesse), il préconise de passer l’aspirateur, de jouer à la pétanque, au billard, de pratiquer la danse de salon…

Une question alors se pose : le Dr Grouchka n’a-t-il comme patiente que des ménagères ou des rentières du Second Empire pour avoir de la société une telle vision caricaturale ou envisage-t-il sérieusement de traiter l’obésité par quelques tangos, un paso-doble et deux ou trois parties de pool (même s’il prône une prise en charge à peu près globale que Le Monde ne retient pas dans son papier) ? Une fois ces activités terminées et vos convives partis, vous passez l’aspirateur, mangez équilibré pour vous remettre, et tout va bien ? Vous maigrissez ? Vous y croyez ?

Le Dr Zerr de poursuivre, après les idées farfelues de son confrère le Dr Grouchka : « Une heure de marche par jour, cinq jours par semaine, permet de perdre 12 kg dans l’année et 12 cm de tour de taille »… et cet homme est Président du groupe de travail surpoids et obésité de l’adulte….

tnago-obobs.jpg

Une telle constance dans les chiffres amène à penser que des centaines de médecins luttant ardemment contre ce fléau se plantent lamentablement. Pourquoi consulter un nutritionniste, un psy pour travailler sur l’image et l’estime de soi, un chirurgien bariatrique, quand il suffit de ne plus renouveler son abonnement de transport en commun ?!

Caricature affligeante

Si on lit entre les lignes, encore une fois, un médecin et, qui pis est, une autorité sanitaire se fourvoient en arguments insidieux, inexacts, pernicieux, dans le traitement d’une pathologie particulièrement difficile à prendre en charge.

Diffuser dans la presse de telles informations, avec la caution d’un organisme que l’on est en droit de penser sérieux est d’une extrême dangerosité. Non seulement, il existe le risque majeur que les obèses prennent cela pour une vérité –ne jamais oublier le désespoir parfois présent pour les malades- mais il est à craindre que les efforts de nombre d’équipes médicales, paramédicales, que les prises en charges globales de l’obésité, du surpoids, soient remises en question. D’autant plus que l’on sait que 15 min d’exercice par jour diminue conséquemment le risque d’obésité…

Olivier Oullier, chercheur en neurosciences, explique également qu’il ne faut pas donner des exemples trop éloignes de la pour mobiliser et lutter activement contre ce fléau. Enfin, le dispositif Epode démontre qu’en travaillant dans la globalité et la proximité avec les malades, on obtient des résultats à plus ou moins long terme. Mais il ne faut pas donner aux malades de faux espoirs…

On sait déjà les dégâts occasionnés par les arnaques au régime, par les traitements médicamenteux sans suivi, par les méthodes ineptes d’amaigrissements, il n’était sûrement pas nécessaire de jeter en place publiques ce type d’arguments.

L’obobs s’inscrit en faux contre ces recommandations. L’image affligeante d’un homme, d’une femme, passant son aspirateur pour espérer maigrir ne doit en rien masquer une réalité complexe.

Toutefois, il est vrai que les intérieurs des obèses, au moins, seront parfaitement entretenus… qu’ils sauront danser… qu’ils développeront leur habilité sur un billard… mais les capacités physiques diminuées des obèses leur permettent-elles seulement de faire tout cela ? Leur santé fragile supportera-t-elle ces efforts du quotidien ?

Seule une prise en charge globale médicale et paramédicale permet une efficace… mais il semble que les Drs Zerr et Grouchka plaident pour une paroisse prétendument « sportive » qu’il est de bon ton de fuir pour éviter les fausses croyances…

 

Auteur : S.F.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *