Discrimination et obésité : Valérie Boyer veut légiférer

valerie-boyer.jpg

 

La décision récente d’Air France dont nous nous étions fait l’écho sur l’Obobs a entraîné une vague de critiques légitimes. Vouloir faire payer à une personne ou de forte corpulence le prix de deux billets d’avion s’avère à l’évidence totalement inadmissible économiquement parlant mais cet état de fait favorise la .

De fait, Valérie Boyer, député des Bouches du Rhône souhaite qu’une loi soit votée interdisant formellement de surtaxer une personne de forte corpulence achetant un billet d’avion.

L’exposé des motifs mis en avant font état de la modification de la corpulence moyenne : les enquêtes montrent qu’en 2009, 14,5 % de la population adulte française sont obèse (soit 6,5 millions de Français) et 31,9 % sont en surpoids. En 12 ans, la part des Français obèses a augmenté de 70 %, et chaque tranche d’âge a grossi en moyenne de 3 kilogrammes. Le tour de taille moyen des français a augmenté de 4,7 cm. Il passe de 85,2 cm en 1997 à 89,9 cm en 2009.

Dès lors, les compagnies aériennes doivent s’adapter à cette réalité qui est tout sauf économique, mais sanitaire, dans l’aménagement des cabines. En , de nombreuses compagnies de transport en commun adaptent la taille des sièges au gabarit des populations, la SNCF et la RATP notamment. Il est troublant, voire aberrant de voir que les compagnies aériennes, à ce jour, n’ont rien changé. Par exemple, en 2008, une compagnie aérienne et un voyagiste français ont solidairement été condamnés à acquitter 8 000 euros d’amende pour avoir contraint un passager à acheter un second billet. Il apparaît donc inacceptable qu’Air France ou toute autre compagnie aérienne souhaite faire payer 75 % du prix d’un second billet à leurs passagers obèses, sachant que ceux-ci seront de plus en plus nombreux dans les avions, si l’on en croit les courbes de la prévalence de l’obésité en France et dans le monde.

La proposition de Loi de Valérie Boyer est donc très claire :

« Après l’article L. 322‑3 du code de l’aviation civile, il est ajouté un article ainsi rédigé : ‘Aucun supplément de prix, même pour l’acquisition d’une seconde place à prix réduit, ne peut être exigé au motif du poids ou de la corpulence d’un passager.’ »

Ce simple texte à la portée sociale, économique, morale, évidente montre à quel point les compagnies aériennes devront d’adapter aux réalités sociales et médicales.

Gageons que le message soit entendu et la loi votée pour que ce type de discrimination et de vexation ne devienne pas systématique.


Mots-clés : discrimination Valérie_Boyer obésité
  loi France prévalence

Share

Une pensée sur “Discrimination et obésité : Valérie Boyer veut légiférer

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Sans être certain qu’il faille légiférer, il est certain que la lutte contre les discriminations que prône la HALDE et que rejoint Madame le député Valérie Boyer est essentielle dans notre
    société.
    Il y a 10 ans nous savions déjà, et les compagnies aériennes comme tout le monde, que l’impacte de l’obésité était important et en progression.
    Personne n’a pris de mesure adaptées, et comme dans beaucoup de domaines , les sièges d’avions n’ont pas changé.
    Alors exprimons notre inquiétude et parlons de vraies solutions qui nous permette de vivre ensemble.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.