DIABÈTE, OBÉSITÉ : Les récepteurs de la graisse brune sont-ils la clé ?

Actualité publiée hier

The FASEB Journal

Graisse blanche, graisse brune…on ne compte plus les études qui cherchent à transformer la mauvaise graisse en tissu adipeux brun pour lutter contre le et l’obésité. Cette nouvelle recherche présentée dans The FASEB Journal suggère que les « canaux à potentiel de récepteur transitoire » (TRPs*) activés dans les cellules progénitrices peuvent contribuer à créer plus de bonne graisse que de mauvaise graisse et pourraient même être la clé de conversion.

Bref la recherche avance à grand pas sur cette piste de la graisse brune : ici, les scientifiques ont découvert un moyen d’augmenter la quantité de tissu adipeux brun par l’intermédiaire de 2 récepteurs des cellules graisseuses. Ces cibles thérapeutiques possibles, TRPM8 et TRPP3, sont en effet associés à la création de graisse brune chez l’homme, et peuvent être activées par certains , et éventuellement par de nouveaux médicaments. Des implications ou du moins des espoirs pour le traitement de l’obésité, du diabète et des troubles métaboliques associés. L’étude établit le potentiel de TRPM8 et de TRPP3 comme des cibles impliquant l’adipogenèse brune chez l’Homme et donc pouvant servir de base au développement de substances capables de moduler la consommation d’énergie et de contrôler le sucre dans le sang, chez l’Homme », résume l’auteur principal, le Dr Michael Ragunath, chercheur à l’Université de Zurich. L’idée est aussi de trouver ou d’identifier des aliments qui influencent la physiologie de la graisse brune.

Les chercheurs ont travaillé sur 2 types de cellules précurseurs provenant de donneurs humains : des cellules souches de moelle osseuse (MSC) et des cellules adipeuses sous-cutanées du . Ils ont induit ces cellules à devenir de la graisse blanche ou brune, et dans des cultures parallèles témoins, ont laissé les cellules rester indifférenciées. 27 canaux à potentiel de récepteur transitoire ont été analysés pendant le processus. Certains TRPs ne sont jamais exprimés, mais certains sont toujours présents et certains seulement pendant la différenciation des cellules adipeuses brunes. TRPM8 et TRPP3 étaient présents à des niveaux élevés dans la graisse brune. Enfin, les chercheurs montrent que ces protéines jouent un rôle clé :  la stimulation de TRPM8 favorise « le brunissement » de la graisse, la suppression de TRPP3 empêche sa formation. 2 protéines ou récepteurs clés qui apparaissent comme des cibles prometteuses, au stade in vitro. A suivre donc.

Source: Faseb Journal April 2017 doi:10.1096/fj.201601081RR TRP channels in brown and white adipogenesis from human progenitors: new therapeutic targets and the caveats associated with the common antibiotic, streptomycin

*transient receptor channels

Source : Actu santé : DIABÈTE, OBÉSITÉ : Les récepteurs de la graisse brune sont-ils la clé ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.