Changement de dimensions : La revanche des rondes ?

3353264181_3996bb16c4.jpgIl y a comme un vent nouveau qui se lève depuis ces dernières semaines… De la Fashion Week aux couvertures de , d’un projet de loi révolutionnaire à une chanson (Ma Balance par Noga), la société semble vouloir clamer et sa diversité et son ras-le-bol des normes standards.

Bien que le problème de l’ soit une qu’il faut enrayer en prenant toutes les mesures qui s’imposent, l’image corporelle de chacun confrontée à la dictature de la maigreur depuis tant d’années a façonné le regard sur l’autre et créé bien des malaises dans la peau de ceux n’entrant pas dans la « norme ».

C’est pourquoi cet article veut simplement souligner l’idée, qu’enfin, un ensemble de facteurs semble montrer que nous changeons en partie d’époque. C’est d’ailleurs la volonté annoncée par l’éditeur en chef du magazine le plus populaire allemand, « Brigitte » : “eine neue Epoche beginnt” = “une nouvelle ère a commencé”. Désormais la revue n’embauche que des modèles amatrices pour ses couvertures. Cette déclaration s’est faite en marge de la Fashion Week, dans le même temps où la polémique au sujet de la maigreur des mannequins faisait à nouveau rage et à laquelle Karl Lagerfeld répondait : « Personne ne veut (y) voir des femmes rondes »… Dans le monde de la haute couture, il est question de « rêves et d’illusions ».

Et, curieusement, le même Karl Lagerfeld opère un revirement et accepte de participer en janvier au shooting de modèles de grande taille pour un magazine américain « V ». Comme le stipule son rédacteur en chef, : « Big, little, pint-size, plus-size — every body is beautiful, » dans le New York Post du 11 décembre. « And this issue is out to prove it. » [Grand/gros, petit, …, grande taille, … tout le monde est beau… et ce numéro va le prouver].

Tant que les formes sont signes de bonne santé et d’épanouissement, il n’y a pas de raison de ne pas refléter cette réalité multiple, et il est heureux d’assister à la floraison de « unes » qui ne s’en privent désormais plus.

En marge de cet épiphénomène, il est bon de rappeler les résultats de l’étude Obépi-Roche, qui montre que frêle est la frontière entre surpoids et obésité, de la « gourmandise » à la « maladie » avec des conséquences plus ou moins graves.

Les messages doivent donc se superposer pour donner une image nette de la réalité, des lignes à ne pas trop déformer, sous peine de voir les codes exagérément changer.

Mots-clés : norme sociale surpoids obésité



DOCUMENTATION

Article en Anglais sur stylist

Share

Une pensée sur “Changement de dimensions : La revanche des rondes ?

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Une société déculpabilisé est une société qui peut avancer.
    Mais le chemin est long et difficile quand le fondement de notre société judéo crétienne est la culpabilité.

    Par ailleurs une société sans culpabilité marche comme le dit l’article sur un fil qui peut faire aller vers le manque de considération du problème de santé publique qu’est le surpoids ou
    l’obésité.

    Mais ne vaut il pas mieux être divers plutôt que binaires?

    Je suis sur que vous connaissez la réponse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.