Alli-ment pas : histoire d’un succès pour ses 1 an…

alli.png

 

Il y a un an l’annonce de la mise en vente d’Alli sur le marché de l’automédication avait bousculé un certain nombre d’a priori. Aujourd’hui, Alli a tenu ses promesses et son succès tient en un mot : Alli n’est pas seulement un médicament, c’est un programme !

 

Fort d’une analyse pertinente menée très en amont, il n’a jamais été question pour GlaxoSmithKline, le laboratoire qui produit Alli, de laisser un tel médicament oeuvrer seul dans la nature…

 

Ainsi, c’est armé à la fois d’un programme de formation inédit des pharmaciens et de toute une batterie d’outils d’information et d’accompagnement qu’Alli a été mis en circulation.

 

Il est à noter qu’Alli a relevé le défi d’être le premier médicament sans prescription médicale autorisé par la Commission Européenne. Pour prétendre à une telle reconnaissance, Gsk a également tenu à ce qu’il soit vendu « derrière le comptoir », obligeant celles et ceux (25% des utilisateurs sont des hommes) qui souhaitent s’engager dans la lutte pour leur santé, à obtenir les conseils avisés de leur pharmacien.

 

Alli représente donc une solution pour un grand nombre de personnes qui souhaitent se prendre en charge de façon sérieuse et autonome dans le cadre de leur , tout en bénéficiant d’une information adaptée.

 

GSK défend l’idée à la fois de n’être qu’un des nombreux acteurs parmi les dispositifs de la lutte contre l’obésité, mais également le fait que la perte de ne peut être la résultante seule de la prise d’un médicament : ainsi les recommandations faites au travers des conseils dispensés par les pharmaciens ou sur leurs supports d’information, incitent veritablement à opérer un changement dans son comportement.

 

Les premiers résultats au bout d’un an sont assez pertinents : 60% des utilisateurs reconnaissent avoir une moins grasse, 37% grignotent moins entre les repas et 37% mangent plus de légumes. Afin d’affiner la connaissance des conditions d’observance de son programme et l’impact d’Alli sur ses utilisateurs, GSK s’associe avec le CVAO pour mettre en place un observatoire auprès des pharmaciens afin de suivre une cinquantaine de personne sur un an. Les résultats de cette étude sont attendus pour fin 2010.

 

Share

Une pensée sur “Alli-ment pas : histoire d’un succès pour ses 1 an…

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Après polémique, buzz, la maturité d’une vraie démarche de santé publique initié par un laboratoire pharmaceutique ( souvent présenté comme de grands diable) mais qui prouve qu’une démarche
    citoyenne n’est en rien incompatible avec le marché.
    Bravo pour ce courage , ce culot et cette réalisation exemplaire qui , j’en suis sûr , va continué à nous surprendre par la qualité de la relation de confiance établie avec un consommateur en quête
    de repères

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.